a Travers Konya
Konya Sanayi Odasý


Konya
Mevlana
L'invitation á L'investissement




KONYA

 

Konya est une ville sainte, très attachée aux valeurs traditionnelles et la plus vaste ville de la Turquie ( 48 000 m²). Konya s'étend au cœur d'une grande plaine d'aspect steppique, véritable grenier à blé de la Turquie. La ville située au centre sud de la Turquie à plus de 1000 m d'altitude, bordée par le mont Taurus au sud, le Hasan dag (3268 m) à l'est et les Sultans daglari (2520m) à l'ouest.

La longue histoire de Konya

D'après une ancienne légende Phrygienne, Konya est la première ville  qui émergea après la Déluge. En tous cas, la région était habitait au VIIe millénaire avant Jésus Christ.  On a trouvé sur la colline d'Alaeddin à Konya des traces d'habitations de l'Age du bronze moyen ( IIe millénaire av. J.C. ).  Hittites,  Phrygiens, Lydiens et Perses  se sont succédés dans la région qui passa  finalement sous la domination romaine en 17 ap. JC.

L'ancienne Iconium romaine et byzantine ( du mot grec signifiant image, à cause de la tête Méduse qui ornait autrefois les remparts de la ville ). Au Ier siècle ap. J.C. Konya devint le champ d'action apostolique de saint Paul et saint Barnabé. Saint Paul visita plusieurs fois l'Iconium. 

Konya fut envahie plusieurs fois par les Arabes entre le VIIIe   et le Xe   siècles et puis par les Croisés en 1097. Les Turcs Seldjoukides la choisissent comme leur capital en 1134.  Elle connut alors son apogée et se couvrit de beaux monuments. Au début du 13e siècle, Konya fut le berceau du soufisme et de l'ordre des derviches tourneurs fondé par Mevlana,  (Celaleddin Rumi  poète et philosophe ).

Visiter Konya

La Alaaddin mosquée ( cami) Située sur la colline d'Alaeddin. La colline d'Alaaddin est l'artère principale de la ville. On a trouvé des vestiges qui s'échelonnent entre l'Age du Bronze ancien et l'époque ottomane. La mosquée Alaeddin  est la plus ancienne mosquée de Konya. La construction de la mosquée dura 60 ans et fut achevé sous le règne du Sultan Alaaddin Keykubat en 1221. La partie centrale, la plus ancienne, possède un beau mihrab surmonté d'une coupole. Les ailes latérales ont été ajoutées par Kilic Arslan (1156-1192) et Alaaddin Keykubat lui a donné sa forme définitive et son nom en 1221.   

La Medrese Karatay : La Medrese fut construite en 1251 par le vizir (Emir)  Celaleddin Karatay. Cette Medrese était une école coranique. Elle possède un très beau portail orné de stalactites. Le plan de Medrese est classique, sans cour à coupole centrale ( 12 m de diamètre).  Les murs intérieurs sont ornés d'un très beau revêtement de carreaux de céramique à dominante turquoise et bleue cobalt. La Medrese a été transformée en musée de céramique et dans ses vitrines se trouvent divers objets, vases de céramique Seldjoukides, plats et fragments trouvés dans les fouilles du pavillon d'Alaeddin sur la colline.

La Medrese Ince Minare ( au minaret mince ) : La Medrese Ince Minaret fut construite en 1267 sur le plan à coupole centrale raccordée par des triangles turcs. La minaret mince qui a donné son nom à l'édifice a été détruite par la foudre en 1901, le 27 novembre.  Elle a été restaurée en 1956 et transformée en musée de sculpture. Le portail est remarquable et unique par son décor. Aujourd'hui on y expose des stèles sculptées. Elles sont ornées de nombreuses figures animales et humaines : dragons, aigles, anges ailés, poissons, aigles bicéphales, éléphants.

Musée archéologique Les collections de musée archéologique sont présentées par ordre chronologique.  Les objets présentés couvrent une période très étendue : néolithique,  hittite, romaine et byzantine. Notamment lors de fouilles de Catalhoyuk, Karahoyuk et de la colline d'Alaaddin.

Konya Pratique : Konya se visite aisément à pied. L'artère principale,  de la colline d'Alaaddin ( ancienne citadelle) relie au couvent Mevlana. La rue porte le nom d'Alaaddin caddesi, d'un côté, et de Mevlana caddesi, de l'autre.  La rue bordée de magasins touristiques et d'hôtels. Le Marché se trouve entre cette avenue  et la mosquée Aziziye.  On remarquera de nombreux magasins d'articles religieux et aussi des tapis et des kilims.

  

Office du tourisme de Konya :
Juste en face de mausolée de Mevlana ( Musée de Mevlana )
Mevlana caddesi. No :65 Konya - Turquie

Tel  :
00 90 - 332 351 10 74 – 350 64 89
Fax :
00 90 - 332 350 64 61





 

Mevlana

Mevlâna Celaleddin-i Rumî et le Mevlevi

Les fidèles de toutes les croyances, sectes et classes sociales qui se sont réunis autour de Mevlâna Celaleddin-i Rumî ont vu en lui leur chef spirituel. Cette communauté n'eut jamais de tekke ni de règles définies du vivant de Mevlâna; même les règles pour la danse (semâ) furent fixées par la suite. Ce fut son fils, le Sultan Veled (1226-1312) qui, après la mort de Mevlâna (1273) établit un rituel avec des règles précises dans lequel une place importante était donnée à la danse. De cette façon, Veled renforça et institutionnalisa l'ordre de Mevlâna.

L'Emir seldjoukide Alamüddin Keyser (mort en 1284), fit construire le türbe (tombeau) de Mevlâna donnant ainsi à ses fidèles un lieu de réunion et de pèlerinage. Par de pieuses donations, le Sultan Veled assura l'entretien du türbe. De Konya, il envoya des califes à Kýrþehir et à Erzincan pour ouvrir des zaviye et réunir ainsi les adeptes dans de petits centres périphériques qui dépendaient du centre principal. Par la suite, les tekke de Mevlevi furent dirigés pendant des siècles, par les Çelebi (gentilshommes) successeurs de Mevlâna. L'ordre Mevlevi prit sa forme définitive durant la première moitié du XVe siècle. Les Çelebi se mêlèrent souvent des affaires politiques, créant ainsi des mésententes pour la gestion des fonds communs. La doctrine mevlevi se base sur la musique, la danse et la poésie. L'ordre se répandit dans le peuple et dans les villages mais seulement après le XVIe siècle. Il survécut surtout dans les hautes classes des villes. Les émirs, les puissants de l'état et les souverains appartenaient à l'ordre ainsi que les gens de condition aisée qui, à la fin, s'en assurèrent l'exclusivité. Basé sur l'amour et l'extase, le culte mevIevi fut considéré comme supérieur aux autres confessions pour les plaisirs esthétiques qu'il procurait.

Chez les Mevlevi, il y avait quatre grades: muhib, dede, cheikh et calife. L'ordre mevlevi eut une très grande influence sur la littérature, la musique, l'histoire de l'art turc ainsi que sur la vie quotidienne car il s'appuyait sur les classes élevées et moyennes des villes, contrairement aux batinites, jouant ainsi un grand rôle dans la sauvegarde de l'ordre social et politique existant. La doctrine mevlevi influença fortement l'ordre de Gülseniye. Son fondateur, Hüsamüddin Çelebi de Konya, était le fils d'un Ahi turc.

Mevlâna Celaleddin Muhammed fut le grand penseur mystique de l'Anatolie seldjoukide du XIIIe siècle. Homme de science et artiste, il naquit le 30 septembre 1207 à Balkh, première capitale du Khorassan, ancien territoire turc. Son père, Bahaeddin Veled bin Hüseyin Hatibî, connu sous le nom de Sultanül Ulema (sultan des hommes de savoir), descendait d'une famille cultivée de Balkh. Selon certaines sources écrites, la mère de Bahaeddin Veled était la soeur du souverain Harez-Machah Alaüddin Muhammed. Il s'intéressait à la religion et au mysticisme. Le matin, il enseignait la théologie à la médressé, l'après-midi, il dissertait sur les vérités et les mystères. Le vendredi, il consacrait tout son temps aux sermons. Il prêchait ouvertement ses conceptions, surtout mystiques. Ahmed Eflaki auteur du Menakibül-Arifin (les légendes des sages), écrit que Sultanül Ulema Bahaeddin Veled était en désaccord avec Fahreddin Razi (mort en 1209), maître de Muhammed Harez-Machah, l'un des plus grands philosophes de l'époque.

Sultanül Ulema perdit la faveur du souverain et fut obligé de quitter Balkh en 1212-13 alors que Celaleddin Muhammed n'avait que cinq ans. Ceci est confirmé par le Maarif de Sultanül Ulema. L'invasion mongole fut en fait la cause véritable de son émigration: durant un séjour à Bagdad, il avait appris que les Mongols assiégeaient Balkh (1217). Selon une croyance transmise par la tradition, le père et le fils se sont entretenus avec Cheikh Feridüddin Attar (mort en 1221) qui offrit à Mevlâna, alors âgé de cinq ans, son Mesnevi appelé Asrarnâme.

Sultanül Ulema se rendit du Hedjaz en Anatolie passant par Damas, mais on ignore dans quelle ville il résida au début de son séjour. Avant de se fixer à Konya, Bahaeddin Veled resta pendant sept ans à Laranda (aujourd'hui Karaman). C'est là que Mevlâna se maria avec Gevher Hatun, fille du Cheikh Semerkandin, et où naquit son fils, Sultan Veled, en 1226.

Sultanül Ulema jouissait d'une grande renommée à Konya où les Emirs et même le Sultan Alaeddin Kaikobad venait écouter ses sermons. Le précepteur du Sultan, Badru'd-Din Gavhartach Dizdar fit construire la médressé Hüdavendigar pour Sultanül Ulema, ce qui atteste la haute personnalité intellectuelle du père de Mevlâna et l'admiration que lui portaient ses contemporains. Le Maarif, en quatre volumes, sur le mysticisme coranique est son oeuvre unique.

Quand Mevlâna Celaleddin naquit en 1207, son père avait soixante ans. Lui qui avait atteint le stade de la compréhension directe de l'âme et de l'Etre absolu et avait trouvé l'immortalité dans l'existence de Dieu, enseigna à son fils les premières connaissances sur les sciences grâce à la sagesse et au mysticisme auxquels il était parvenu. La pensée de Mevlâna a donc son origine dans celle de son père pour lequel il ressentait du respect, de l'amour et beaucoup de confiance. Eflaki écrit qu'il lut plusieurs fois le Maarif pour trouver la solution de ses propres problèmes. Nous savons également par le Fihi ma Fih, oeuvre en prose de Mevlâna, qu'il répétait souvent dans ses débats les paroles de son propre père. Par la suite, Þems-i Tebrizî lui défendit un jour de lire le Maarif qui, selon lui, influençait trop sa manière de penser.

Selon le Maarif, le mysticisme est l'accomplissement de la science, de l'extase et de l'amour et pas seulement une union imaginaire. Ce qui différencie MevIâna des autres mystiques, c'est l'amour et la ferveur. Chez lui, comme chez son père, on constate le passage de l'union spirituelle à l'union humaine, de sorte que l'amour divin fait naître en eux des sentiments de tolérance et d'amour pour l'humanité.

Peu de temps après la mort de son père (en 1231), Mevlâna fit la connaissance de Burhaneddin Termizî et devint pendant neuf ans l'adepte de ce guide spirituel, grand savant très versé dans toutes les connaissances de son temps, et dont il subit l'influence morale. Seyyid Burhaneddin Termizî lui parlait de "l'état intérieur" ou "spirituel" de Sultanül Ulema et l'incitait à l'atteindre. Selon lui, sans intériorité, tout était nul. L'intériorité est la vérité du coeur humain. L'immortalité et la perfection de l'âme sont deux choses différentes; pour parvenir à l'immortalité de l'âme, il faut accomplir son intériorité. Bien que Burhaneddin Termizî lui expliquât que cet "état de grâce" ne s'atteint pas par la science mais par la seule quête spirituelle de l'âme, Mevlâna partit pour un séjour à Alep et Damas afin de perfectionner sa connaissance des sciences. Il est probable qu'il fit la connaissance d'ibn'Arabi à Damas; ce dernier était venu dans cette ville, où il mourut en 1236, après avoir quitté Konya. Le séjour de Mevlâna à Damas se situant en 1232, cette rencontre est chronologiquement possible. On peut cependant s'étonner qu'aucune allusion à ce séjour n'est faite dans le Velednâme du Sultan Veled, fils de Mevlâna. Selon Eflaki, Mevlâna étudia la jurisprudence et les sciences religieuses avec le grand savant et poète Kemaleddin Adem, directeur de l'université Halaviyye à Damas. Eflaki rapporte également que Seyyid Burhaneddin Termizî, après un séjour auprès de Mevlâna, partit pour Kayseri où il mourut en 1240. Après la mort de celui-ci, Mevlâna passa cinq ans à enseigner la jurisprudence et la science coranique à l'université (médressé); mais l'acquisition des vérités mystiques faite pendant les neufs années passées au contact de Burhaneddin le prédestinait à une plus grande aventure mystique. En 1244, à Konya, il rencontre Þems-i Tebrizî et tombe amoureux de lui, au sens mystique du terme. Cet amour lui inspire des élans poétiques et mystiques qui forcent Mevlâna à se libérer de sa condition de prédicateur, de müfti et de professeur de sciences, de son ascétisme et de son abstinence, en somme de tout, pour acquérir une personnalité nouvelle, celle d'un amoureux en extase.

On a dit bien des choses sur Þems-i Tebrizî et l'on s'est toujours demandé comment avait-il pu transformer si facilement et avec une telle rapidité une personnalité aussi forte que celle de Mevlâna. A ce sujet, plusieurs opinions contradictoires ont été avancées dans des textes anciens ou récents. Mevlâna lui-même, allant encore plus loin, disait "Mon Þems, mon Dieu", divinisant en quelque sorte cette personne. Pour éclairer les gens qui auraient eu tendance à le juger seulement sur les apparences, Sultan Véled, fils de Mevlâna qui connaissait bien Þems-i Tebrizî, interprétait ainsi les rapports de son père avec ce dernier: "dès qu'il a vu le visage de Þems, les mystères se sont révélés à lui comme la lumière du jour. Il vit ce que personne n'avait jamais imaginé. Il en tomba amoureux et fut perdu. Grandeur et bassesse lui furent indifférentes".

La citation suivante est tout à fait révélatrice pour la compréhension du caractère et de la personnalité de Þems: "Il y a un monde au-dessus de celui des saints (Evliya), ce monde est celui des "adorés" (Makam-i Masuk). Avant Þems-i Tebrizî, nous ne connaissions rien de tout cela. Ainsi Þems est-il de ceux qui, aux yeux des gens ordinaires, sont encore plus secrets et incompréhensibles que les mystiques, c'est-à-dire les amoureux. C'est lui qui a montré le chemin à Mevlâna, et ce dernier dit qu'il avait besoin de tout réapprendre après sa rencontre avec Þems". Eflaki, dans son Menakibül Arifin note que, pendant cette période de sa vie, Mevlâna commença, sur la suggestion de Þems, à pratiquer et à instaurer le "Semâ".

Le Semâ

Semâ signifie tourner, danser, atteindre l'extase par le moyen de la musique. Un nombre important de grands mystiques, suivant le besoin de leur âme, pratiquèrent le Semâ comme source d'extase. Mevlâna considérait le Semâ comme une sorte de prière, d'adoration. Il compare celui qui psalmodie pendant le Semâ à l'Iman pendant le Namaz (prière). Dans ses poèmes, il affirme que le Semâ est la nourriture de l'âme des amoureux. Le Semâ qui est permis aux amoureux et aux mystiques est défendu aux bigots.

En 1245, Þems s'enfuit à Damas à cause de la jalousie des adeptes de Mevlâna. Sur la prière instante de Mevlâna qui ne supportait pas cette séparation, il revint à Konya accompagné de Sultan Veled. Mevlâna, très heureux de le retrouver et suivant le désir de Þems, le marie à sa fille adoptive Kimya Hatun. Un groupe d'adeptes, dont le deuxième fils de Mevlâna, Alaeddin Çelebi, ourdirent de nouveau un complot contre Þems dont ils étaient jaloux. Ceci explique la disparition de Þems, en 1247, laquelle plongea Mevlâna dans le plus sombre désespoir. Il alla deux fois à Damas à la recherche de Þems. Selon le témoignage de Sultan Veled, les paroles et les actes de son père faisait une étrange impression sur la population de Damas, mais Eflaki affirme qu'il fit de nombreux adeptes dans cette ville.

Après la disparition définitive de Þems, pour qui l'amour et l'extase étaient le fondement du mysticisme, Mevlâna vécut partagé entre l'espoir et le désespoir et s'adonna avec une telle passion au Semâ que son fils, Sultan Veled, bien que fort fidèle et dévoué à son père, s'en plaignit courtoisement. Il dansait partout, dans la rue, les couvents, les médressés. Finalement, après avoir longtemps cherché, Mevlâna retrouve Þems en lui-même; de telle sorte que, comme certains mystiques et comme son père, l'idée et l'état d'identification en l'être adoré commencent à le dominer. En d'autres termes, Mevlâna ayant sincèrement ressenti la foi en l'unité de Dieu et, après avoir perdu l'amour absolu qu'il avait trouvé en Þems, le retrouva, par de longues recherches, d'abord en lui-même, ensuite partout et en toute chose. Car, comme il le dit lui même, Mevlâna s'est finalement libéré "des couleurs et des images" pour atteindre le monde d'une seule couleur, c'est-à-dire l'union de l'âme et de l'expression.

L'expression la plus élevée du panthéisme, il l'atteint dans ses poèmes par un amour enthousiaste, une inspiration élevée et divine; il dédia son Divan-ý Samu-l Hakayik à l'immortalité de Þems. C'est à ce dernier qu'il doit cet amour si ardent pour le Semâ, la poésie et la musique. Les poèmes de Mevlâna ont une valeur documentaire certaine et nous permettent de comprendre sa vie sentimentale, les conflits de son âme et ses élans mystiques.

Néanmoins, pour saisir de façon plus systématique et plus précise l'influence spirituelle de Þems-i Tebrizî sur Mevlâna, il faudrait comparer les oeuvres de ce dernier avec le Makalât qui contient toutes les paroles de Þems. Il y a dans le Mesnevi des passages expressément empruntés au Makalât.

En 1257, Mevlâna rencontre une autre personne qui remplace dans son coeur Þems: c'est le bijoutier de Konya, Salahüddin. Beau, naïf, prudent et dévot, il arrive, par sa persuasion et son intelligence, à calmer Mevlâna et à lui faire retrouver la paix. Mevlâna le nomme son calife et marie sa fille Fatma Hatun à son fils Sultan Veled pour établir entre eux des liens de parenté. Salahüddin lui-même avait beaucoup de respect pour les anciens maîtres de Mevlâna, Burhaneddin et Þems.

Cependant, les adeptes de Mevlâna jaloux de Salahüddin, le menacent de mort. Mais Salahüddin leur tient tête en leur disant: "comment pouvez-vous mettre fin à ma vie qui est entre les mains de Dieu? Ne vous fâchez pas si Mevlâna m'a choisi comme compagnon, sans savoir que je ne suis que son miroir; Mevlâna se voit en moi, comment voulez-vous qu'il ne se choisisse pas? Ce qu'il aime en moi, c'est sa propre beauté! "

Le Mesnevi

Mevlâna écrivit 71 ghazels (poèmes) pour Salahüddin, mort en 1262, et, dans ses lettres d'hommage, il le qualifiait de "Bajazet de son temps, Pôle des pôles". Après la mort de Salahüddin, Hüsamüddin Çelebi d'Ouroumiyé devint le calife et le compagnon de Mevlâna. Mais l'esprit de Mevlâna, après une période de calme, recommence à s'exciter et cette recrudescence d'agitation est à l'origine du Mesnevi. Prétextant que les oeuvres mystiques et didactiques, tels le Ahinâme et le Mantiku't Tayr du Cheikh Feridüddin Attar, jouissaient d'une grande faveur parmi les derviches, Hüsamüddin Çelebi prie son Cheikh d'écrire un Mesnevi qui devrait instruire ses adeptes sur les règles de l'ordre et sur les réalités mystiques. Sur quoi, Mevlâna sort des plis de son turban un papier sur lequel étaient écrits dix-huit vers en disant qu'il y avait déjà pensé; et sur cette base, ils commencent à écrire le Mesnevi. Mevlâna parlait et Hüsamüddin Çelebi écrivait les inspirations et les pensées de son Cheikh. Quand le premier volume fut achevé, la femme de Hüsamüddin mourut et les travaux de rédaction furent interrompus pendant deux ans. Plus tard et toujours avec l'aide de Hüsamüddin, MevIâna continua ce travail. Les six volumes du Mesnevi sont formés de 26 000 vers et sa rédaction prit 7 ou 8 ans. On ne connaît pas de façon précise la date du début ni celle de la fin de ce travail; mais dans le deuxième tome, la date de 1264 est donnée comme étant celle du commencement. Vers la fin du premier volume, il est fait mention expresse du règne des Abbassides à Bagdad pendant la rédaction du dit volume, ce qui indique que le premier volume devait être achevé en 1258.

Chef-d'oeuvre de la littérature islamique, le Mesnevi est une œuvre mystique, morale et didactique rédigée surtout pour les adeptes et les disciples. Comme principe de composition, il suit surtout le système des deux mystiques persans Attar et Senai (mort en 1131) qui consiste à exprimer idées, préceptes et opinions par une parabole particulière. Au cours du développement d'une histoire d'autres récits sont intercalés mais la première narration finit toujours par être complétée. Mevlâna n'est pas un formaliste: dans cette ceuvre, contrairement au Divan-ý Kebir, il a choisi l'écriture en vers uniquement pour sa valeur didactique.

Cette amitié ne rencontra pas, cette fois, d'opposition, et même, après la mort de MevIâna, le 17 décembre 1273, Hüsamüddin Çelebi accepta de devenir calife suivant le désir et sur l'insistance de Sultan Veled, le fils de Mevlâna.

La mort de Mevlâna, survenue à Konya après une courte maladie, fut l'un des événements les plus importants de l'époque. Des hommes de tous les pays, de toutes les classes et de toutes les religions, suivirent son cortège funèbre et veillèrent jour et nuit devant son tombeau. Les détails de cet événement sont décrit dans le Menakib d'Ahmed Eflaki: "En lui, les Chrétiens ont pleuré Jésus, les Juifs, Moïse ". Un prêtre exprima ainsi le besoin qu'on avait de lui: "Mevlâna est comme le pain, est-il un seul homme qui songe à s'en détourner?". Les religions et les sectes portent en elles-mêmes une force de séparation; en unissant, avec une plus grande force, toutes les religions et les sectes dans le creuset de l'amour, Mevlâna faisait revivre les âmes desséchées et mortes comme une véritable résurrection de l'âme humaine.

Dans le Fihi ma Fih qui est le recueil des paroles de Mevlâna préparé par son fils Sultan Veled ou par l'un de ses adeptes, nous trouvons exprimée l'idée mystique que se faisait Mevlâna de la mort: "Ne blâmez pas la maladie et la mort pour moi, car la mort est là pour dissimuler la vérité. Ce qui tue en réalité, c'est la grâce sans pareille de Dieu". La même ceuvre nous fait connaître sa conception de l'au-delà. Au sens religieux, celui-ci est un monde spirituel au-delà de ce monde qui ne le satisfait pas par ses plaisirs passagers, un monde qu'il aime et crée lui-même en luttant et où il trouvera la paix et la sérénité.

De sa première femme Gevher Hatun, Mevlâna eut deux fils: Sultan Bahaeddin Veled et Alaeddin Çelebi. De sa deuxième femme, Kena Hatun, que Mevlâna avait épousée après la mort de Gevher Hatun, sont nés Muraffuru'd-Din Alim Çelebi et Melik Hatun. De tous ces enfants, c'est Bahaeddin Veled (1226-1312) qui ressemblait le plus à son père; il avait été, élevé avec beaucoup de soins et c'est son grand-père Ulema Bahaeddin Veled qui lui avait donné son nom.

En 1284, après la mort de Hüsamüddin Çelebi, Sultan Veled fut nommé calife sur l'insistance des adeptes. Il occupa ce poste jusqu'à sa mort en 1312. Il écrivit plusieurs oeuvres et s'appliqua à systématiser les fondements de l'ordre des Mevlevi dont son père avait jeté les bases.

La pensée de Mevlâna

Après avoir décrit la vie, les oeuvres et les idées de Mevlâna à la lumière de ses écrits, il faut s'attarder à sa personnalité mystique et spirituelle.

Mevlâna n'est pas un philosophe mais un mystique; cependant, comme le mysticisme est au fond une théorie philosophique, on peut dire que Mevlâna est un "philosophe mystique". Mais c'est aussi un moraliste et un bon psychologue car il connaît profondément les hommes et le peuple qu'il influença grandement. Enfin, c'est aussi un très grand poète.

Mevlâna contesta les philosophes car ils ne reconnaissent de valeur qu'à la raison. Selon lui, les sentiments doivent être pris en considération. L'homme est toujours amoureux de l'ineffable, et Mevlâna, donnant plus d'importance aux sentiments qu'à la raison, croit qu'on ne peut arriver à l'Etre absolu que par le chemin du coeur et par la synthèse entre le monde extérieur et le monde intérieur. Le monde extérieur ressemble à l'écume de la mer alors que le monde intérieur est la mer infinie elle-même. Elle est invisible et on ne peut la percevoir que par le coeur. Pour Mevlâna, rationaliste dans la vie quotidienne mais sentimental dans la perception des vérités mystiques, le chemin du coeur est l'amour. On ne peut atteindre l'Etre absolu que par l'amour. L'Etre absolu est Dieu, l'amour de Dieu existe partout et tout aboutit à Dieu. Si l'on aime tout pour Dieu et que cet amour aboutit en Dieu, on trouvera Dieu à la fin du chemin. L'essentiel est d'aimer, d'avoir la capacité d'être amoureux. Mevlâna croit que l'âme humaine peut s'unir avec l'infini et s'identifier avec lui en annulant son essence et en suivant le chemin du coeur.

Dieu est la vérité absolue, la beauté absolue et la lumière absolue. Le mystique qui réussit à abolir son essence en se noyant dans l'extase, peut arriver à la compréhension et à la connaissance. Mevlâna donne beaucoup d'importance au Semâ car le plaisir et l'enthousiasme moralement élevé et purement esthétique qu'il procure éloigne l'homme du monde matériel. Le Semâ est l'esprit universel qui tourne autour de l'esprit comme le papillon tournant autour de la bougie et s'y brûlant les ailes.

L'univers et l'homme sont un reflet de Dieu. Tout ce qui existe dans l'univers émane d'un seul Etre, Dieu. Toutes les forces et toutes les choses ne sont que les manifestations de Dieu sous des formes diverses. Dans l'Etre, il y a l'Union et Mevlâna considère que toutes les religions ne sont au fond qu'une seule.

Les principes auxquels Mevlâna attache le plus d'importance, dans le domaine de la morale, sont ceux qui procurent la sérénité pour soi-même et pour son entourage, qui élèvent moralement l'homme, comme la modestie, la patience, la résignation, l'abnégation, la bonté et l'honnêteté. Mevlâna prêchait de ne pas faire de discrimination de couleur, de race, de classe, de richesse et de force, et d'aimer et respecter tous les hommes puisque chaque homme est le reflet de l'Etre absolu. C'est peut-être en cela que réside la différence fondamentale entre son mysticisme et celui des autres mystiques; dans aucune autre religion ou secte, l'amour de l'humanité et l'idée de la tolérance ne sont aussi lucides et aussi purs. Par son appel: "Viens, viens, viens encore", il a appelé toute l'humanité à suivre son chemin, s'imposant le devoir de l'éduquer et de la sublimer.

Ses oeuvres et la doctrine de son ordre, le Mevlevi, qui ont si profondément influencé la vie artistique et intellectuelle de la nation turque, attestent toute la grandeur de Mevlâna: ce sage, ce philosophe mystique, ce penseur, ce poète, fait partie, par sa richesse, du patrimoine spirituel de l'humanité entière.

Viens, viens, qui que tu sois,
viens aussi que tu sois infidèle, idolâtre ou païen,
notre couvent n'est pas un lieu de désespoir;
même si cent fois tu es revenu sur ton serment, viens!

 

 

 




L'INVITATION  À L'INVESTISSEMENT

 

Konya, capitale des Seljuks Anatoliens et centre le plus important commercial et d'habitation de la route de soie historique est un lieu installation de l'humanité depuis sept mille ans. Avec son accumulation historique elle se prépare à  un avenir aussi grand et aussi important que son passé à titre que Capitale éternelle de notre culture  et le climat spirituel.

Konya est la province la plus étendue du point de la vue de la superficie (38.257 km2) et qui occupe le quatrième rang dans la population de la Turquie d'après le recensement de 2000 ans (2.192.166). Konya, en outre de sa grandeur géographique, dispose d'un hinterland qui exerce aussi une grande influence sur les provinces voisines. Konya, comme on le voit dans l'histoire, et un centre d'attrait qui influence son environment du point de vue économique, politique et social. Avec toutes ses particularités provenant de l'histoire, la ville Konya est devenuée le centre d'Anatolie grâce à son potentiel commercial et industriel qu'elle a realisé dans les dernières années.

Aujourd'hui on a fondé à Konya plus de 60 sites industriels à petite échelle. Les petits sites industriels fondés dans les sous- préfectures sont au nombre de 35. on emploie près de 80.000 ouvriers dans les sites industriels, au centre, y compris les sous préfectures.

En plus on a affecté un terrain pour la 4ème région industrielle organisée. Dans notre province qui a déjà trois zones industrielles organisées, et une région industrielle organisée privée. On emploie approximativement dix milliers d'ouvriers dans les établissements disponibles.

 A l'heure actuelle le champ de la région industrielle organisée (2+3) est de 1.200.000m2. Quand la quatrième région industrielle organisée   planifiée aura été achevée un terrain de 7 mille m2 sera assigné totalement.

La région industrielle organisée (KOS) s'étend dans un champ de 1.200.000m2.  une autre particularité de Konya  c'est que son industrie n'est pas basée seulement sur les produits standardisés et qu'elle produit dans un domaine assez varié. Autrement dit elle présente (offre) des activités industrielles de l'industrie automobile, à la chimie du textile, aux pièces de recharche d'automotive, de l'électricité- électronique à la nourriture de l'emballage à la papeterie (à la fabrication du papier). Konya ayant un éventail de vastes produits indiqués ci-dessus, mérite d'être candidat futur de la “Vallée Silikon”.

Notre province en suivant de près le commerce et l'industrie mondiaux dans l'évolution globale et atteignant à l'industrialisation moderne avec son infrastructure, bien réglée, a fondé ses régions industrielles organisées et réalisé de grands progrès pour développer sa technologie. C'est ainsi qu'elle est aujourd'hui, en étant de se mesurer à la rivalité commerciale si cruelle dans le monde entier. C'est en réalisant les projets préparés à la lumière de la science que l'économie de Konya va déterminer son objectif et son processus. Dans ce but, Chambre d'Industrie de Konya, Chambre de Commerce, Bource de Commerce, les directions des régions industrielles organisées et L'Université Selçuk ont achevé la construction de son technopark. En outre TEKMER(Centre du développement de la technologie) a été établi par l'apport de KOSGEB.

On a constaté que, dans une enquête menée par la Chambre d'Industrie de Konya, l'on produit dans Notre province dans les 80 domaines divers. L'infrastructure de la machine et celle de la technologie est suffisante. Près de %40 des entreprises disposent des machines et de l'équipement qui pourrait répondre à toutes sortes de production. Ce sont des produits de la nouvelle technologie. Par exemple, on utilise dans la production 4000 ateliers composés de 8 sortes différentes. A cet égard les investisseurs, soit locaux soit etrangeres, n'auront aucun problème dans quelque domaine que ça soit, Ýls seront encouragés du point de vue  de l'appui industriel et logistique. On leur offre toute possibilité d'investissement. Konya faisant un grand effort et acquérant de grands progrès, notamment dans les dernières années. Konya demande à être aujourd'hui une capitale de KOBÝ, et pour demain, un centre de KOBÝ de l'Europe.

%64 des industriels de Konya font de l'exportation y compris ceux qui travaillent à façon. Alors que l'exportation de notre province était de 700.000.000 de dollars USA en 2003, elle s'est élevée à 1 (un) milliard de dollars en 2004, cette somme a dépensé un milliard dollars USA en 2005. %60 de notre  exportation se fait aux pays européens. Nous exportons %60 de nos produits aux  pays européens et par ordre d'importante, aux pays d'Afrique du Nord, et du Moyen-Orient puis de l'Est-extrême et de l'Amérique Latine.

Les principaux produits d'exportation sont des pièces rechange pour l'automotive, du marbre, des machines, de la nourriture, des produits en plastique, et d'autres produits industriels.

L'industrie de Konya est parvenue à une importance remarquable, particulièrement dans l'industrie automobile dont la part dans le marché mondial accroît de plus en plus et elle se fait remarquer soit par sa qualité soit par sa capacité de production.

La sous-production d'auto motive de Konya a commencé par la fabrication de toutes sortes de pièces; l'industrie des carrosseries occupe la première place. Le développement essentiel de notre Province s'est réalisé réellement par la fondation de TUMOSAN (L'industrie- AUTOMOBÝL DE TURQUÝE). Soit l'entrée en fonction de TUMOSAN soit les développements dans le secteur automobile ont orienté l'infrastructure industrielle déjà existante dans notre Province la sous-production automobile. La sous-production automobile commencée dans de petits sites industriels  tels que l'industrie à moteur, l'industrie Karatay, a commencé être très ambitieux par la demande et l'offre accroissante et aujourd'hui, elle a fait place à des grandes entreprises, qui produisent  dans les Régions Industrielles Organisées, et qui exportent le tout ou une certaine quantité de leur production. Bien sûr que le rôle du développement que Notre Province a réalisé dans toutes les branches de l'industrie. Konya fournit actuellement des marchandises à l'usine automobile. Mercedes Kamyon qui est située à 190 km. de Konya, et sert avec sa sous-traitance puissante. A l'heure actuelle, bien qu'elle ne possède pas une usine automobile, on peut fabriquer une automobile en montant des pièces que l'on an déjà fabriquées. On met en vente (marchande) et à l'étranger et aux usines automobiles en Turquie comme le marché intérieur. Pendant les dernières années, par l'augmentation des apports gouvernementaux turcs concernant l'indutrie automobile et sa sous-traitance, aujourd'hui, Konya dispose des plus importantes usines de moteur de soupape de piston de moteur de manchon à incandescence, de manivelle de moteur, d'engrenage, et de joint d'étanchéité. Le secteur comp de ces pèces sont conformes au Standart mondial et elles sont certifiées. Par ISO 9000. en plus, nous avons beaucoup de firmes de la sous-production  automobile qui travaillent avec le système de qualité ISO 16949. On fabrique toutes sortes de pièces de rechange des automobiles existantes dans le monde et on en exporte notamment aux pays de l'union  européenne, puis en Amérique du Sud, en Afrique du Sud et du Nord, au Moyen-Orient, aux Républiques turques de l'Asie Centrale, et à l'extrême-Orient. L'exportation de l'industrie autmobile principale et  de la sous-production réalisée en 2003 constitue presque   %6 de l'exportation totale de la Turquie (L'industrie mère :1.425.509.968 de dollars la sous- production 953.281.012 de dollars). La part des sous-productions exportées de Konya atteint environ %10 (70 millions dollars).

 

 

Konya a occupé le deuxième rang dans la catégorie des villes qui possèdent le meilleur potentiel économique dans une compétition organisée tous les deux ans, par  « Foreign Direct Ýnvestment » publiée par Financial Times connue dans le monde entier et dans laquelle figurent beaucoup de villes européennes de Vienne à Zurich ; de Lazio aux Ýles de Canary.

Notre province fameuse pour son industrie agricole et dépendant de l'agricole est désormais une base de la sous-production de l'industrie automobile. C'est pourquoi nous vous invitons à Konya, la vallée future de Silikon, à la Capitale de KOBI, en vue de faire des investissements. Konya est prêt à vous accueillir avec son préfêt, son Mairie, son université et ses établissements professionnels et son peuple.

Nous voudrions finir notre appel par une maxime de Mevlâna grand philosophe mystique, connu de tous :

 

« Quoi que tu sois viens encore »

 

Si vous êtes  prêt, nous sommes prêts à notre tour.

Tüm Haklarý Saklýdýr © 2010
| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99 | 100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 |


www.een.kso.org.tr is the web site of Enterprise Europe Network Konya (EEN Konya), hosted by Konya Chamber of Industry ( Konya CI)  The information provided here on the web site is solely for general information purposes. EEN Konya is not able to edit or modify the entries written or translated by others, mostly published on the ?Announcements? section. EEN Konya cares a great deal about the ease of use, prompt accessibility, quality of information on the site and considers Konya CI, EU and International values and principles. While every care has been taken on EEN Konya?s web site, the possibility of errors or mistakes cannot be ruled out and perfect accuracy cannot be guaranteed. Therefore, EEN Konya cannot be held liable for the errors or incompleteness of the information in the contents on its site.
EEN Konya & Konya CI cannot be held liable if the information contained herein is either used or distributed by other individuals or organizations in violation of the rules or regulations of Turkey or any other country.